Récits de vie

Naissance : , PARIS XVI, France
Decès : , PARIS, France
SAMOIS-SUR-SEINE, France (Carré M)voir la carte »

Ce mausolée est l’acte d’amour d’une mère pour son enfant mort à l’âge de 18 mois d’une méningite foudroyante. Cette mère est Maud Gonne (1866-1953), comédienne, qui passa sa vie entre le théâtre et la lutte pour la cause irlandaise. Elle fut aussi à la tête du mouvement féministe de l’époque et mena de nombreuses actions pour sensibiliser la population quant à la position de la femme dans la société. On dit parfois d’elle qu’elle est la Jeanne d’Arc irlandaise.

Maud Gonne est née à Aldershot en Angleterre le 21 décembre 1866 . Elle est la fille d’un colonel de l’armée britannique, issu d’une riche famille irlandaise. Après le décès prématuré de tuberculose de sa mère en 1871 elle est envoyée chez une nourrice en France avec sa jeune sœur Kathleen. Elles passent donc leur enfance à Paris tout en voyageant beaucoup, l’été en suisse, l’hiver en Italie et retrouvant leur père devenu attaché militaire dans différentes villes d’’Europe jusqu’en 1884 où elles rejoignent leur père affecté à Dublin. Elles jouent auprès de lui le rôle d’hôtesse jusqu’au décès de ce dernier en 1884. La mort de son père la laisse riche et indépendante

En 1886 à l’âge de vingt ans elle revient retrouver sa tante en France où elle rencontre Lucien Millevoye, journaliste et homme politique radical dont elle tombe amoureuse et auprès de qui elle découvre la politique. Leur liaison restera secrète, Millevoye étant marié et catholique.
Puis elle décide de s’installer en Irlande dans le Comté de Donagal. Découvrant les conditions de vie et la politique d’expulsion des familles pauvres irlandaise, elle se lance dans la lutte pour les classes défavorisées. Ses actions et ses articles dérangent le gouvernement et Maud Gonne doit quitter l’Irlande pour la France. Elle fréquente alors un milieu d’artistes et d’intellectuels et rencontre en 1889 William Butler Yeats, futur prix Nobel de Littérature qui s’éprend d’elle.

C’est à Paris, le 11 janvier mai 1890 qu’elle donne naissance à son premier enfant Georges Silvère, fils illégitime de Lucien Millevoye. Elle crée le journal « l’Irlande libre», s'éloigne de Millevoye et retourne en Irlande
Le 31 août 1891, son fils décède d’une méningite et Maud Gonne décide de l’inhumer à Samois où elle séjournait fréquemment quand elle quittait son appartement parisien.

Très affectée par ce décès elle trouve du réconfort auprès de Yeats qui lui fait découvrir l’occultisme et le « Hermetic Order of the Golden Dawn ». Il organise pour elle en 1893 une tournée de lectures en Irlande et en France.

En 1893 elle retrouve Millevoye et elle donne naissance le 6 août 1894 à une fille Iseut, conçue dans la crypte du mausolée de son défunt frère dans le secret espoir de réincarner l’enfant chéri disparu. De même qu’elle avait présenté son premier enfant comme adopté, elle dira qu’Iseut est sa nièce.

En 1897 elle participe avec Yeats à la création de la branche parisienne de La Young Ireland puis elle entame une tournée de réunions à Paris, en Angleterre et en Irlande puis aux Etats unis pour collecter des fonds. En 1898 Elle fait connaissance de James Connolly, avec qui elle rédige une analyse sur la pauvreté et la famine ainsi que le droit à la propriété.
En 1899 elle fonde un groupe féministe, Les Femmes d’Erin, qui milite en faveur des femmes, des pauvres ainsi que pour la cause nationaliste.
Ce groupe est impliqué aussi dans le mouvement culturel irlandais dont le but est de promouvoir la langue et la culture gaëlique.
En 1900, elle se convertit au catholicisme.
Avec William Butler Yeats et lady Gregory, elle participe à la fondation de l’Abbey Theatre à Dublin.

Yeats, toujours amoureux, souhaite l’épouser, elle lui inspire de nombreux poèmes et il écrit à son intention la pièce de théâtre Kathleen Ni Houlihan dont elle interprète le rôle principal.
Ce n’est pas lui qu’elle épouse mais en 1903 à Paris, John Mac Bride, un commandant de l’irish brigade. Bien que leur mariage se solde rapidement par un échec, Maud gonne donne naissance à Sean Mac Bride, futur co-fondateur d’Amnesty international et prix Nobel de la paix en 1974.
Elle rejoint alors l’Irlande et poursuit sa lutte auprès de la comtesse Constance Markievicz et de James Connolly.

Quand la première guerre éclate, Maud Gonne milite contre la conscription des Irlandais dans l’armée britannique. Le 5 mai 1916, elle apprend l’exécution de son ex-mari, John Mac Bride, suite à sa participation à « L’insurrection de Pâques ».
Son combat contre la conscription lui vaut une arrestation de 6 mois dans une prison de Londres. Dès sa sortie, elle retourne en Irlande et crée avec charlotte Despard une association pour défendre les droits des prisonniers républicains.
En 1928 elle publie ses mémoires, A Servant of the Queen.
Elle meurt le 27 avril 1953 et est inhumée au cimetière de Glasnevin à Dublin.

Photos

GEORGES SILVERE-GONE -